Soral et les royalistes font dans la récup’

C’est lors de notre visite hebdomadaire du site Infos Bordeaux, équivalent local de Novopress, que nous sommes tombés sur l’annonce d’une conférence prévue pour le 1er juin à l’Athénée municipal de Bordeaux. En tant qu’association et/ou parti politique, Égalité & Réconciliation et l’Action Française, qui ne brillent pas par leur ouverture d’esprit, ont tout à fait le droit de disposer gratuitement d’une salle municipale. Il ne s’agit plus alors que d’un problème de conscience des responsables de la vie associative (qui gèrent les salles municipales) de la ville.

Ce qui nous choque, plus que les connivences de longue date de la mairie juppétiste avec les milieux réactionnaires du coin, c’est cette « récupération » des mouvements d’extrême-droite (lâchons le mot !) de codes visuels piqués à leurs « ennemis ». Jetons un œil à l’affiche annonçant cet événement :

ER-AF

Les couleurs tout d’abord. Rouge et noir sont depuis plus d’un siècle les couleurs traditionnelles du communisme libertaire et de l’anarchosyndicalisme, couleurs portées haut par la CNT-FAI pendant la guerre d’Espagne et reprises aujourd’hui en France par la CNT, la CNT-AIT ou Alternative Libertaire. Comme si cette réappropriation trompeuse n’était pas suffisante, E&R et AF vont plus loin encore en reprenant une police de caractère très proche de celle utilisée par la CNT-AIT française (qui, malgré son nom, n’a rien de nationaliste) sur son site confédéral :

cnt

Une police qui était aussi celle du journal historique de la CNT espagnole, Solidaridad Obrera :

solidaridad

Certes, cette police gratuite et facilement trouvable sur internet n’est la propriété de personne, mais c’est le principe qui nous semble dangereux. Ces mouvements sèment volontairement la confusion. En reprenant des codes visuels de « mouvements » qui ont clairement inscrits dans leurs statuts la lutte contre le fascisme, peut-être espèrent-ils discréditer ceux-ci en espérant que certains, peu informés sur le sujet, assimileront ces codes à l’extrême-droite. Nous espérons qu’au final cette conférence ne se fera pas trop tranquillement…

Note : nous rappelons au passage au lettré Soral que le mot « athénée » est de genre masculin. Le nationalisme oui, mais sans fautes d’orthographe.