Si t’es in

Nous sommes tombés à proximité du marché des Capucins, sur la dernière campagne d’affichage d’InCité. Le quartier est bien choisi, car pour qui est habitué à flâner dans les rues environnantes, ces volets décrépis dans une façade noircie ressemblent beaucoup à ceux de ces bâtiments fermés par des portes métalliques. Ces bâtiments sur lesquels sont apposés, depuis plusieurs années pour la plupart, un panonceau qui annonce une réhabilitation prochaine en logement social. Des panonceaux InCité donc.


InCité c’est quoi ? C’est en gros la société qui permet à la mairie de Bordeaux de « requalifier la ville », c’est à dire, pour ceux qui ne parlent pas le langage des élus, nettoyer la ville des indésirables, avec cet argument que l’on retrouve chez Valls quand il expulse roms et autres squatters : « plutôt dans la rue que dans un logement précaire et insalubre ». Et InCité a beau se targuer d’être également bailleur social, sa mission consiste plus à acheter à bas prix (merci le droit de préemption !) de nombreux bâtiments pour lesquels les propriétaires n’ont pas les moyens d’assurer les travaux nécessaires. Travaux exigés par… InCité. Les proprios et locataires foutus dehors se voient proposés de nouveaux logements, certes, parfois même plus vastes et confortables, mais loin du centre ; le plus loin possible. Et se défendre de la gentrification sous prétexte que c’est un phénomène général, n’excuse en rien le fait d’y prendre part !


En attendant, où est-elle cette fameuse réhabilitation ? Parce que tous ces bâtiments achetés par InCité, bien cadenassés comme se doit de l’être la sacro-sainte propriété privée, s’étiolent, s’effritent et s’imprègnent des particules noires de la pollution, laissés à l’abandon depuis des années. Que l’on ne vienne pas nous soutenir qu’il n’y a pas là volonté à spéculer sur la pierre…

Vous aussi, amusez-vous à repérer les portes métalliques « anti-squat », et à compter les années qui passent, passent, passent, et les travaux qui ne se font pas.

Quelques suppléments d’informations – ainsi que quelques témoignages – sur cet organisme sur le site du feu Collectif Saint-Michel.