Quand Sud Ouest flatte (plus que de raison) l’aristocratie de notabilités locales

Quand il sort la brosse à reluire, Sud-Ouest n’y va pas par quatre chemins et ajoute de lui-même une bonne couche de cirage.
Cet article, si élogieux qu’il frise la parodie, a-t-il un autre but que de réhabiliter cette vieille bouche lippue qu’est Eric (Mirieu) de Labarre ?

Pour rappel, Eric de Labarre est, outre un pilier de la vieille et haute bourgeoisie catho locale, l’auteur de cette lettre aux chefs d’établissements de l’enseignement privé catholique, qui appelait, à mots plus ou moins couverts, à aller manifester contre le mariage pour tous.

Le titre a beau se revendiquer humoristique, avec un jeu de mot aussi minable qu’à Libé, il annonce pourtant la couleur : « de bonne foi. »
Car en effet, outre faire le panégyrique de son altesse, le dénommé Christian Seguin prend parti tout au long de son papier, commençant par un « Non, il n’y a pas faute. » au premier paragraphe pour finir en faisant sienne une phrase de de Labarre « Nous ne retournerons pas dans les catacombes. »

lire l’article sur le site de Sud Ouest

Cet article n’a aucune utilité informative et n’a rien qui puisse nous faire appeler cela du journalisme. On est plutôt proche de l’encart publicitaire dont le seul but serait de « se mettre bien » avec les Mirieu de Labarre, vaste famille d’avocats, notaires, huissiers et hommes d’église.
Un coup à se retrouver la tête au bout d’une pique…