Jésus aime Bordeaux et Bordeaux aime Jésus.

Un peu surpris de tomber ce samedi 24 mai sur un podium installé place de la Victoire et orné, comme la baraque à saucisses attenante, de drapeaux et calicots rose et bleu proclamant que Jésus m’aime (alors que je lui ai rien demandé), et qu’en plus il est vivant.
Retour de la Manif Pour Tous ? Non, mais presque…

marchejesus

Preuve par l’image : Juppé a bien été réélu.

 

La Marche Pour Jésus, puisque c’est son nom, est une manifestation de chrétiens, catholiques et (majoritairement) protestants qui consiste à défiler dans les rues de la ville (l’édition 2014 a aussi eu lieu à Lille, Nantes, Strasbourg et Montpellier) en criant et chantant sa foi en Jésus, « sans prosélytisme aucun » d’après ce qu’ils disent. Ah ? Prier dans la rue et chanter « gloire à Jésus » ou « dieu est la source de ma joie » c’est pas du prosélytisme outrancier ? De la tentative d’évangélisation à ciel ouvert sur la place publique ?

« Mais c’est cool… » m’a-t-on dit, « ils chantent, ils dansent, c’est vachement sympa ; c’est pas des intégristes. »
Certes, l’ambiance est toute autre que dans La Manif pour Tous, mais allons tout de même voir qui organise tout ce bonheur. L’initiateur de cette Marche se nomme Denys Gerbore. Denys, outre aimer Jésus, aime aussi beaucoup la famille « traditionnelle ». Il l’aime tellement, d’ailleurs, qu’il a fait partie des premiers manifestants de la malheureusement fameuse Manif Pour Tous. Jésus nous aime, mais bon, de là à aimer les gays ou les lesbiennes qui auraient l’idée et l’envie de faire comme tout le monde, faut pas pousser mémée dans le Jourdain…

gerbore2

gerbore1

La Manif Pour Tous, soit, mais un Bled et un Bescherelle pour tous, et notamment pour Denys, ça serait chouette aussi.

Il semblerait qu'en 2013, Denys ait ramené quelques copains de La Manif Pour Tous...

Il semblerait qu’en 2013, Denys ait ramené quelques copains de La Manif Pour Tous…

 

Pour confirmer ce positionnement conservateur et réactionnaire, ci-dessous un texte tiré du site des intercessionnistes de Bordeaux, à l’origine de la Marche pour Jésus :

mpj

Cliquez pour lire.

Outre une autorisation en bonne et due forme de la préfecture (autorisant la marche à emprunter – une première ! – la rue Sainte-Catherine), la logistique était en grande partie fournie par la mairie de Bordeaux.

Un algeco municipal.

Un algeco municipal pour stocker le merchandising de Jésus.

Des barrières municipales pour protéger Jésus et les siens.

Des barrières municipales pour protéger Jésus et les siens.

Et je ne résiste pas à vous faire profiter de quelques extraits du compte-rendu publié sur la page Facebook de l’événement, brut de fautes :

En effet dès Mercredi la préfecture nous donnait l’aval sur notre parcours nous permettant même t’emprunter avec notre camion PODIUM richement décoré la rue la plus fréquenté de BORDEAUX , rue ST Catherine .
Nous étions 300 à démarrer de cette place de la Victoire avec 3 Arrêts prévu dont un Flash mob en milieu de parcours sur la place de la comédie .(Thème seul ta grâce) . La parole de DIEU également à résonné sur cette place annonçant que le seul qui pouvait changer une vie était Jésus CHRIST. (…) Sur cette place de la victoire l’opportunité nous a était donné également d’annoncer l’évangile et de proclamer Jésus-Christ. (…) Sur cette place de la victoire nous avions dressé , buvette , Tee-shirt , drapeaux , mais également et c’est cela le plus important , Bible , évangile de Jean , cartes marche.jésus.net et le prospectus de la FMPJ.

Nous avons bien ici affaire à une campagne d’évangélisation sous forme de messe itinérante en plein air. Une manifestation qui a pour but de recruter de nouveaux adeptes, et ce avec la bénédiction de la préfecture de Gironde et de la mairie de Bordeaux, institutions « républicaines », et donc « laïques » (oui, je mets des guillemets, sinon je vomis…).

Pour Yannick Fer, sociologue du christianisme et des réseaux évangéliques, « en défilant et en priant dans les rues des grandes villes, les Marches pour Jésus ont aussi pour objectif – même si pour beaucoup de participants, il s’agit surtout de manifester publiquement leur foi évangélique – de reconquérir l’espace urbain suite au recul du christianisme dans les sociétés contemporaines. »

Voilà donc à qui les autorités locales offrent la ville en pâture… Quelles auraient été les réactions si, en lieu et place d’une marche pour Jésus, nous avions assisté à une marche pour Mahomet par exemple, avec danses et chants appropriés ? Les autorisations seraient-elles tombées aussi facilement ?

On ne peut donc que noter au final que la tradition pro-chrétienne de la municipalité de Bordeaux n’est pas près de s’éteindre… A moins qu’elle n’autorise une éventuelle Marche pour Satan ; et la bande son serait du coup cent fois meilleure.