Infos Bordeaux = vitrine de l’extrême-droite.

Infos Bordeaux. Un nom on ne peut plus neutre pour ce site se présentant comme « une agence de presse indépendante de tout pouvoir politique et financier ». Si l’on ne peut rien prouver concernant l’aspect financier, il en est tout autrement pour la dimension politique.

Pour cela, il suffit de se référer à une autre « agence de presse indépendante » à la couverture nationale : Novopress. Ce site de « réinformation » créé en 2003 par Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire, avait opté pour cette même tactique : avancer, sans annoncer la couleur dans un premier temps, des informations qui au final exposent les points de vue réactionnaires du Bloc Identitaire. Si depuis, grâce au travail des antifas, des critiques des médias et autres militants, peu nombreux sont encore ceux qui se laissent piéger, il en est tout autrement concernant Infos Bordeaux, un simple coup d’œil sur le nombre d’amis de leurs deux pages Facebook ou de followers de leur compte Twitter pouvant le confirmer. (Je ne mettrai aucun lien direct ici ; à chacun de se prendre en main s’il ou elle souhaite aller visiter ces sites)

Une page d’accueil d’une neutralité exemplaire.

A la première visite, le site d’Infos Bordeaux ne permet pas de se douter de quoi que ce soit : couleurs et design simples et clairs, titres d’articles pas plus racoleurs que sur les médias classiques, liens pointant vers des sites d’infos locales, on pourrait croire se trouver sur un simple site d’information. Il y a même un petit encart météo des plus rassurants. Le seul élément qui pourrait parfois nous mettre sur la voie est l’affichage d’un livre conseillé par la rédaction : et là encore, à part La France Orange Mécanique il y a quelques semaines, les ouvrages tapent plutôt dans les têtes de gondole ou le régionalisme bon enfant.

Il faut aller plus loin pour déceler ce qui se cache exactement derrière cette façade quelconque. Plus loin veut dire se taper la lecture des articles. Ne prenez pas peur, ils ne font pas dans l’analyse en profondeur, et chaque « papier » se limite généralement à deux ou trois paragraphes. Ces articles – ou billets, car quoi qu’ils en disent, on a plus à faire à un blog qu’à un site d’infos – suivent toujours le même schéma. Dans un premier temps, reprise d’une information piochée sur un autre média, généraliste, souvent local et parfois national. L’info sélectionnée peut se situer dans le domaine politique, social ou, pour la majorité, issue de la rubrique fait divers. A Infos-Bordeaux, ils aiment ça le fait divers ; notamment et surtout quand celui-ci implique, au choix : un sans-papier, un rom, un étranger, ou un français, du moment que ce dernier porte sur son visage ou dans son patronyme les signes d’une origine non-caucasienne, ou qu’il ou elle ait une sexualité autre que le bon vieux « papa et maman ensemble pour la vie » qu’affectionnent nos journaleux traditionalistes. De cette information de base, le rédacteur de l’article va soit généraliser à l’ensemble d’une population, soit interpeller un ou des politiques aux idées un peu trop « progressistes » à son goût, en n’oubliant pas de placer dès que possible un franchouillard et populiste « et tout ça avec nos impôts ! ». Faites le test avec n’importe quel article pris au hasard sur leur site…

Autre exemple du vocabulaire particulier utilisé par Infos Bordeaux et que l’on retrouve dans le discours de la majorité des mouvements d’extrême-droite.

Ce n’est pas par hasard qu’Infos Bordeaux interpelle Naïma Charaï (PS) sur un meurtre impliquant un « maghrébin ».

Bref, s’ils sont extrêmement prudents et manient habilement le vocabulaire pour éviter tout dérapage, une simple lecture un brin attentive permet de mettre à jour la façon dont ils détournent et manipulent l’information pour déboucher sur des thèses d’extrême-droite. Sans parler de la promotion systématique de tout ce que la région compte d’organisations nauséabondes. FN, Bloc Identitaire, Action Française, Égalité & Réconciliation, Renouveau Français, Riposte Laïque ont toujours les colonnes d’Infos-Bordeaux grandes ouvertes pour annoncer leurs actions et événements, à quoi s’ajoutent évidemment des mouvements ou organisations moins « marquées » comme le Cidunati, CPNT ou plus récemment LMPT, le Printemps Français, les intégristes catholiques et autres saletés.
On ne s’étonnera donc pas de voir Infos Bordeaux régulièrement repris par son grand frère Novopress (avant de monter InfosBordeaux sous le nom de Bertrand Lescure, le responsable du site gérait la section Aquitaine de Novopress sous le pseudo de LouisBx et s’occupait au préalable du blog Union Bordeaux).

Là où cela devient plus préoccupant, c’est de voir d’autres médias, avoir parmi leurs sources d’informations le site Infos-Bordeaux. J’ai découvert récemment le cas d’un site nommé Bordeaux Actu – sorte de franchise cheap qui tente de faire des petits un peu partout en France – qui dans une de ses récentes dépêches, citait comme source d’information et d’iconographie Infos Bordeaux. A notre première demande au compte twitter @Bordeaux_Actu nous n’avons pas reçu de réponse. Nous avons donc posé la question à la personne présentée sur le site comme Directeur de la Publication, et voilà sa réponse :

Certes, ce site n’a apparemment pas d’autre ambition que de générer des visites, mais la question d’avoir comme source d’info et en lien sur leur page un site clairement d’extrême-droite ne semble pas se poser en leur sein. Au final, ils diffusent de la propagande homophobe, raciste, nationaliste – ou plut^to identitaire pour être plus juste – en osant déclarer qu’ils font de l’information. Et même mis au courant, cela ne semble apparemment pas leur poser de problème. Doit-on en conclure qu’ils adhèrent aux propos qu’ils relaient ?… En tout cas, Infos Bordeaux a réussi son coup.

Bordeaux Actu balance son info sans oublier d’en informer les acteurs : « hey les copains réacs, on vous fait de la pub ! »

Bordeaux Actu reprend donc une information non-vérifié (Valls n’aurait apparemment rien entendu selon d’autres sources) avec, outre une ? approximative, la reprise texto de termes utilisées dans l’article original d’Infos Bordeaux : « les gazeuses »

Quitte à reprendre une information, Bordeaux Actu en reprend également les images et donc la vidéo postée à l’origine sur Infos Bordeaux et hébergée sur le compte Youtube du dénommé Bertrand Lescure, directeur de la publication d’Infos Bordeaux. Ce qui nous amène à la fameuse question : qui se cache exactement derrière Infos Bordeaux ? Concernant l’équipe éditoriale présentée sur la page « contact », et dont fait partie le « big boss » Bertrand Lescure, nous serions tenté de dire qu’il s’agit de pseudonymes. Dans le cas contraire, ils sont très prudents et au fait de l’utilisation d’internet quant à la préservation de la vie privée. Nos petits malins ont bien entendu pris soin de ne pas communiquer de nom pour l’enregistrement du nom de domaine et l’hébergement du site.

Tout cela pour démontrer, parce que cela semble malheureusement encore nécessaire, que l’extrême-droite est d’une rare efficacité sur les réseaux sociaux pour faire circuler ses idées sous le masque de la respectabilité. Beaucoup y adhèrent consciemment, d’autres se font piéger bêtement. A nous, à vous, à toi de ne pas lâcher l’affaire sur ce terrain (comme sur les autres) et de faire en sorte de contrer leurs tentatives en informant ses contacts lorsqu’ils relaient ce genre de site.

Et on en arrive à voir Infos Bordeaux en #FF sur le profil d’une agence de communication…

___________

En guise de dessert, un autre site « amateur » d’information a vu le jour dans la région il y a environ un an. Avec un nom piqué à un autre site, le staff qui gère le tumblr de Street Press est beaucoup moins malin que l’équipe d’Infos Bordeaux, se contentant de reproduire quelques faits-divers – là aussi choisis selon les mêmes critères qu’IB – piqués sur le site de Sud Ouest, et postant de temps à autres des interviews vidéo aux questions maladroites. Ce qui leur suffit pour se présenter comme une « agence amateur de presse ». On pourrait en rire, mais on s’abstiendra vu le choix des personnes interviewées par nos « journalistes de rue » : Piero San Giorgio le survivaliste, Alain Soral et Michel Drac d’Égalité & Réconciliation, Serge Ayoub de Troisième Voie et des JNF, Marion Maréchal-Le Pen du FN, Alexandre Douguine le russe rouge-brun, Paul-Marie Coûteaux fondateur du SIEL et Christian Bouchet qui a écumé nombre de groupuscules d’extrême-droite avant de finir au FN.

Là encore, la démarche consiste à diffuser des idées d’extrême-droite en les mêlant à des informations plus généralistes. Nous doutons de la portée réelle de ce site à l’heure actuelle, mais à surveiller de près.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Nouvelle Donne : du projet de renouveau politique à la récupération réactionnaire ? Par Luttons Contre Le Fn et Ornella Guyet | Luttons Contre le FN

Les commentaires sont fermés.