Des libraires un peu trop tranquilles.

Plus de trois ans après la diffusion du « reportage sensationnaliste qui fait peur » de France2, intitulé À l’extrême-droite du père et diffusé dans l’émission Les Infiltrés, la constellation catholique intégriste et nationaliste est toujours en place à Bordeaux, nullement inquiétée.

Il faut bien avouer qu’elle sait faire profil bas et se montrer extrêmement discrète. Ce qui semble d’ailleurs payer puisque, lorsqu’elle est attaquée, personne ne semble comprendre pourquoi certains s’évertuent à vouloir « dénoncer » les idées de ces gens très discrets et apparemment sans histoire.

 

Librairie Saint-Jacmes & Livres en famille.

Un exemple de discrétion est le gérant de la librairie Saint-Jacmes qui fait fréquemment les frais de ces dégradations. Ce monsieur discret au costume trois-pièces au style un peu vieillot que l’on aperçoit parfois sous la Grosse Cloche – puisque sa librairie fait face, heureux hasard, à l’église Saint-Eloi – n’apprécie pas qu’on essaie de le prendre en photo et refuse systématiquement toute rencontre avec les médias. Quelque chose à cacher ?
La première étape consiste donc à aller faire une petite recherche sur la société Saint-Jacmes Arts Et Lettres pour tomber sur le nom d’Anne Lundi.

stjacmes

Heureux hasard, j’avais découvert quelques semaines auparavant un site de vente en ligne basé à Bordeaux et diffusant les mêmes types d’ouvrages et de breloques que l’on peut apercevoir en vitrine de la librairie. Ce site, Livres En Famille, est au nom et est géré par une certaine Anne-Charlotte Lundi. On s’aperçoit très rapidement qu’Anne et Anne-Charlotte ne font qu’une, à savoir une fière catholique royaliste dont on peut retrouver la prose sur twitter et facebook, ainsi que sur de nombreux blogs qui aiment à mélanger politique (royalisme) et religion (catholique). Son CV en ligne est également très parlant. On peut en retenir son implication dans la Fondation Jérôme Lejeune (asso chrétienne anti-IVG et anti-euthanasie fondée par un membre de l’Opus Dei), sa participation aux éditions Ulysse dont on parlera plus loin et son passage à Chiré-Diffusion de la Pensée Française (librairie et maison d’édition spécialisées dans les auteurs catholiques traditionalistes et/ou d’extrême-droite).

Il s’avère donc, comme nous le confirment d’ailleurs les CGV du site, que Livres en Famille est en fait l’émanation web de la librairie Saint-Jacmes. Ce qui nous ramène à ce monsieur discret dont nous parlions au début qui n’est autre que l’époux d’Anne-Charlotte, Jean-Luc Lundi qui a tout intérêt, pour le bien-être de sa boutique et de ses clients, à ne pas se mettre en avant. Car en effet il a, selon un article de 2004 lisible sur le site de Réflexes, « été condamné en juin 1996 à un mois de prison avec sursis et 5000 francs d’amende pour vente et exposition d’ouvrages interdits. Ces revues négationnistes ont par ailleurs été détruites et Lundi soumis à cinq ans de mise à l’épreuve. » à l’époque où il co-gérait, toujours d’après ce même article, la librairie Ulysse avec le moins discret Jean-Christophe Alexandridis, skinhead local notoire et créateur de la revue néo-nazie Le Tonnerre. Après appel du Parquet, Lundi sera au final condamné à 10 mois de prison avec sursis, 15000 francs d’amende et deux ans de mise à l’épreuve, si l’on en croit cette vieille discussion. (un grand merci au passage à Unique pour la recherche et l’info !) Voir également cet article de l’Humanité.

Outre la vente d’ouvrages négationnistes donc, Ulysse faisait aussi dans l’édition, avec des auteurs comme Roger Holeindre l’ancien de l’O.A.S. et co-fondateur du FN, André de La Franquerie, le marquis monarchiste catholique pionnier de la théorie du complot, Paul Rassinier, coco puis anar avant de rejoindre Maurice Bardèche et d’initier le négationnisme français, et André Chelain, pseudo commun de Tristan Mordrelle et Henri Roques, négationnistes itou, pour les plus connus.

Les lundi dans leur salon cossu. Outre l'un de leurs 14 enfants mal caché derrière la porte, on notera ce petit portrait pas du tout caché de Philippe Pétain sur la bibliothèque.

Les Lundi dans leur salon cossu. Outre l’un de leurs 14 enfants (oui, oui) mal caché derrière la porte, on notera ce petit portrait pas du tout caché de Philippe Pétain sur la bibliothèque.

 

Et pour en rajouter une couche, remémorons-nous le reportage des Infiltrés cité plus haut. On y voit le journaliste rejoindre les militants de Dies Irae dans leur nouveau local, une cave « prêtée par un militant ». On part d’un plan large qui zoome sur un homme au visage flouté qui ouvre la porte de ce local. Cette rue est très facilement identifiable – il est dit dans le reportage que la cave se situe sous la Grosse Cloche – par n’importe quel bordelais : il s’agit de la rue de Guienne, voisine de la librairie des Lundi. Un check rapide avec google street nous informe que le bâtiment en question porte le n°2. Cette adresse est désormais celle qui correspond au traitement des commandes du site Livres en Famille, comme on peut le voir sur les CGV. Ce n’est donc rien d’autre que la réserve de la librairie Saint-Jacmes qui avait accueilli les fous furieux de Dies Irae…

Début du zoom.

Début du zoom.

Fin du zoom.

Fin du zoom.

Et comparaison google street.

Et comparaison google street.

 

La Barque des Apôtres & Duc In Altum.

Autre librairie, plus récente et moins connue de par sa situation moins passante (mais plus proche de la mairie, ce qui est plus pratique pour Hugues Martin lorsqu’il souhaite se procurer des brochure Oui à la vie), la Barque des Apôtres est venue il y a cinq ans environ marcher sur les plates-bandes du couple Lundi. Là aussi, outre le site de la librairie, une émanation web existe sous le nom de Duc In Altum. Le propriétaire du lieu et grand manitou des sites web, plus disert que Jean-Luc Lundi, n’est autre que Lionel Marcillaud, également président de Oui à la vie Bordeaux et organisateur de la Marche pour la vie. Marcillaud a également été candidat aux européennes de 2004 sur la liste d’Alliance Royale, mais j’ignore s’il en est toujours membre même s’il les retweete allègrement via son compte twitter.

 

Ces deux bastions désormais bien installés dans la ville sont des points de ralliement et des centres de propagande pour tout ce qui se rattache au catholicisme traditionaliste et royaliste. Haine et stigmatisation de tout et de tous ceux qui n’entrent pas dans leur conception de l’individu : autres religions, étrangers et non-blancs, non-hétéros, femmes qui souhaitent avorter, etc. Tout ce qui n’est pas comme eux doit, selon eux, être détruit.

Certes, il n’est pas particulièrement malin de foutre en l’air et de graffiter leurs vitrines, mais ce sont des actes compréhensibles quand on voit l’absence totale de réaction quant à ces idées qui s’exposent tranquillement sur les trottoirs de la ville.

Non, ces gens-là ne sont pas aussi tranquilles qu’ils le paraissent. Ils diffusent et portent en eux la haine.