Confusion, j’écris ton nom.

La gauche est donc allée manifester dans la rue contre le FN, inquiète et vexée d’avoir été battue. Le FN a pourtant respecté les règles du jeu électoraliste. Mais se remettre en question ne semble pas à l’ordre du jour. Je note ces dernières années, à gauche comme à droite, une absence totale de culture politique de la part de nombreux militants des partis traditionnels.

Ces derniers n’ayant plus en ligne de mire que des vues électoralistes avec pour but la prise du pouvoir au détriment de réels programmes basés sur des idées ou idéaux politiques, ils ne cherchent qu’à faire nombre, quitte à s’approprier les idées de l’ennemi et pire, à le laisser rejoindre ses rangs. Et là, les militants sincères, mais naïfs et désarmés de part l’absence d’une réelle formation politique – ils ne sont après tout considérés par leurs dirigeants que comme de simples machines à voter et à faire de la propagande – , ne voient pas le problème et donc, ne peuvent « nettoyer » leurs rangs.

 

A titre d’exemple : portrait d’un adhérent et militant PS.

J’en veux pour exemple cet énergumène du département voisin de la Dordogne dégotté au fil de mes errements sur les réseaux sociaux. Formé au MEI, le parti « ni de droite ni de gauche » d’Antoine Waechter qui ne voit pas de problème à accorder une interview au journal Minute, Marc Jutier est aujourd’hui membre du PS. Et si Marc Jutier est peut-être écologiste (ce qui, politiquement, ne veut rien dire), il n’est absolument pas socialiste. Vous me direz, des adhérents PS qui ne sont pas socialistes, on en trouve jusqu’à la tête du parti… Mais Jutier fait partie de ces confusionnistes tout à fait conscients de ce qu’ils font et dont le but est d’amener et de présenter certaines idées de la droite et de l’extrême-droite comme « acceptables » auprès de gens de gauche.

Marc Jutier : "Comment vais-je m'y prendre pour balancer mes idées droito-complotistes au sein du PS ?" (Oui, j'ai volontairement choisi la photo la plus ridicule que j'ai trouvée)

Marc Jutier : « Comment vais-je m’y prendre pour balancer mes idées droito-complotistes au sein du PS ? »
(Oui, j’ai volontairement choisi la photo la plus ridicule de sa galerie)

Une visite du profil personnel de Jutier sur Facebook vaudra mieux qu’un long discours. Outre les articles de son blog, on y retrouve des liens vers agoravox (plateforme sur laquelle il publie régulièrement), le haut du panier conspi et complotiste avec des sites comme les Moutons Enragés ou Réseau International, la droite qui se dit de gauche du Cercle Des Volontaires et d’Agence Info Libre, et même l’extrême-droite identitaire via Novopress. Je ne vais pas tous les citer mais je pense qu’il a relayé, à lui tout seul, tous les sites répertoriés ici.

On pourra aussi jeter un œil à sa liste d’amis où grouillent upériens, quenelliers, soraliens, complotistes et autres « dissidents » et « résistants ». Idem pour sa page de « j’aime » où l’on peut trouver des joyeusetés comme ReOpen911, Illuminati Network, Pierre Hillard, Colibris bien sûr (voir ici), le magazine paranoïaque Nexus, le site d’extrême-droite Enquête & Débat, les Veilleurs Debout, etc. mêlées à des trucs bouddhistes, écolos et un peu de gauche pour sauver la face.

De même qu'il parle de"banksters" en lieu et place de capitalisme, Jutier (membre du PS !) parle, comme le  FN, d'UMPS...

De même qu’il parle de « banksters » en lieu et place de capitalisme, Jutier (membre du PS !) utilise, comme le FN et toute l’extrême-droite, l’expression UMPS…

Plus préoccupant, Jutier a récemment organisé au Haillan une conférence/discussion sous la bannière des Socialistes contre l’austérité fondé par des militants et sympathisants du PS. Ont entre autres assisté à cette rencontre cinq parlementaires du parti :
Laurent Baumel, député d’Indre-et-Loire (pour l’anecdote, ex-chevènementiste 😉 )
Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris
Arnaud Leroy, député des français établis hors de France
Nathalie Chabanne, députée des Pyrénées Atlantiques
Liêm Hoang-Ngoc, député européen et membre du bureau national du PS.

Cinq « têtes » du PS ont donc papoté sans y trouver aucun problème avec un de leurs adhérents qui propage sur internet tout ce que la toile offre de sites complotistes, confusionnistes et d’extrême-droite. Et le PS se demande toujours comment lutter contre l’extrême-droite… J’ai, si vous le permettez, une petite idée :
En faisant le ménage dans vos rangs !

 

Sans programme ni formation interne, les partis politiques s’effondrent.

Mais le problème n’est pas Jutier en tant que tel. Ni ses avatars qui s’infiltrent dans tous les partis, de droite comme de gauche. Le problème tient aux partis eux-mêmes et à l’absence de formation politique assurée à leurs nouveaux adhérents (je dis nouveaux pour ne pas blesser les anciens qui, pour beaucoup, semblent également avoir oublié tout ce à quoi ils ont pu croire…), du fait, comme dit en début de ce billet, de l’absence totale de programme et de ligne politique au sein de ces mêmes partis (même si l’on notera que les « petits » partis des « extrêmes » semblent échapper à ce phénomène d’infiltration).

Sans ligne claire, les militants ignorants (souvent malgré eux, même si l’on a bien souvent envie de leur botter le derrière pour stimuler leur curiosité) ne peuvent lutter et donc contrer ces « infiltrés » qui eux, savent où ils vont. Et on en arrive à des situations comme cet élu Modem qui ne voit rien de problématique à diffuser un média d’extrême-droite afin « de lutter contre les idées du FN » [sic] :

Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse, ou quand un Modem trinque avec un site identitaire.

Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse, ou quand un Modem trinque avec un site identitaire.

 

S’il vous plaît, formez vos militants !

Un minimum quoi… Qu’ils ne tombent pas comme des mouches devant le premier UPR ou gaucho-nazillon infiltré qui se présente en dénonçant un complot inexistant comme étant la cause de tous les malheurs du monde, et qu’ils n’aillent pas chercher leurs infos sur wikistrike ou agoravox.
Et ça nous évitera peut-être aussi, nous libertaires, d’être assimilés à la sale ganache de Michel « au feu ! » Onfray.
Merci pour nous.